Régime public national d’assurance-médicaments

Aperçu

Le Canada est le seul pays au monde ayant un système public de soins de santé qui ne couvre pas les médicaments sur ordonnance. Ainsi, un (1) Canadien sur 10 ne peut payer les médicaments qui lui sont prescrits. Un régime national d’assurance-médicaments doit être public, universel et axé sur la sécurité, et fournir, à tous, les médicaments dont ils ont besoin. Selon les études récentes, un tel régime permettrait au gouvernement fédéral d’économiser jusqu’à 11 milliards de dollars par année.

Le problème

Souvent, les Canadiens qui ont besoin de médicaments doivent prendre des décisions pénibles, par exemple acheter leurs médicaments ou mettre de la nourriture sur la table. Ceux qui peuvent faire exécuter leurs ordonnances doivent souvent dépendre d’un régime d’assurances ou d’économies accumulées de façon constante et minutieuse. Ces ordonnances – que ce soit les traitements pour le cancer, l’insuline ou les antibiotiques – sont essentielles pour notre santé et l’absence d’un régime national d’assurance-médicaments est un risque majeur à la santé collective.

Un régime public national d’assurance-médicaments est nécessaire pour trois raisons : régler le manque d’accès aux médicaments sur ordonnance dans le cadre des régimes actuels, contrôler le coût élevé des médicaments, et assurer l’innocuité des médicaments et la pertinence des pratiques de prescription. Le Canada a besoin d’un régime national d’assurance-médicaments financé et administré par l’État, qui contrôle les coûts, offre l’accès universel, et assure une utilisation pertinente et sans risque des médicaments.

La Coalition demande :

  • un régime public national d’assurance-médicaments, financé par le gouvernement fédéral de façon similaire au financement des soins médicaux et hospitaliers.

Ce que vous pouvez faire

  • Est-ce que vous ou un membre de votre famille avez une expérience directe illustrant le besoin de mettre en œuvre un régime national d’assurance-médicaments? Nous aimerions en savoir davantage au sujet de votre expérience. Partagez votre expérience par l’intermédiaire de notre kiosque de témoignages en ligne, des médias sociaux, par courriel ou vous pouvez nous téléphoner ou écrire une lettre à votre quotidien local.
  • Inscrivez-vous pour recevoir nos courriels de mise à jour relativement à cette campagne importante.

La question de façon détaillée

Un régime national couvrant les médicaments sur ordonnance est aussi nécessaire pour réduire le prix des médicaments. Les négociations du prix des médicaments doivent se faire à l’échelle nationale, et pour l’ensemble de la population, afin d’exercer un pouvoir de négociation efficace et diminuer les frais d’administration. Des négociations, à l’échelle nationale, pour un régime public couvrant tous les médicaments sont aussi la seule façon d’empêcher les compagnies pharmaceutiques de transférer les coûts d’un régime ou groupe à un autre.

Les régimes publics actuels d’assurance-médicaments couvrent environ 29 pour cent de la population, et sont une mosaïque de différents régimes fédéral, provinciaux et territoriaux. Dans certaines provinces, seuls les aînés, les bénéficiaires de l’aide sociale et les personnes souffrant de certaines maladies sont couverts. Dans d’autres provinces, les personnes paient les médicaments selon une évaluation de leur revenu. Il est important de se souvenir que les personnes couvertes par les régimes publics d’assurance-médicaments ne reçoivent pas nécessairement leurs médicaments gratuitement. Souvent, elles doivent assumer une partie du coût et payer une franchise ou une quote-part, et cela peut s’avérer un obstacle. Les provinces ou les territoires ont souvent des listes différentes des médicaments couverts. Ainsi, l’accès à certains médicaments dépend du lieu de résidence. Le journaliste André Picard offre un exemple de cela : le même traitement pour le cancer offert à l’extérieur d’un hôpital coûtera 0 $ au Nunavut; 3 000 $ en C.-B.; et 20 000 $ à l’Î.-P.-É.

Les deux-tiers, environ, de la population dépendent d’assurances privés fournies par un vaste éventail de régimes offerts par l’employeur. De milliers de régimes offrent différents niveaux de couverture dans chaque milieu de travail et, parfois, couvrent aussi le conjoint et les enfants. Les régimes d’avantages sociaux font partie des négociations dans les milieux de travail et, ainsi, certains travailleurs pourraient payer la couverture des médicaments grâce à des salaires moins élevés. Comme ces régimes sont liés au lieu de travail, ils ne sont pas fiables. Si vous changez d’emploi ou êtes congédié, vous perdez votre couverture. Lors du départ à la retraite, une minorité seulement de personnes retraitées sont encore couvertes par le régime fourni par l’employeur. Comme c’est le cas pour les régimes publics, les personnes pourraient encore avoir à payer des franchises ou des quotes-parts élevées. Les régimes privés d’assurances ont aussi leur propre liste de médicaments approuvés, et certains patients n’ont pas accès aux médicaments dont ils ont besoin, particulièrement les médicaments plus récents pour des maladies rares.

Certains Canadiens n’ont pas accès aux médicaments ou ne peuvent les payer. Or, la solution est évidente : nous devons emboîter le pas aux autres pays qui ont un système public universel de soins de santé et créer un régime public national d’assurance-médicaments. Dans l’ensemble, cela permettrait d’économiser 11 milliards de dollars et d’assurer l’accès, à tous, aux médicaments dont ils ont besoin.

Outils pour les militants

Le Canada a besoin d’un régime public universel d’assurances-médicaments pour tous(Coalition canadienne de la santé, 2017)

Autres lectures

Un régime public universel d’assurance-médicaments pour tous (Document de politique de la Coalition canadienne de la santé, 2016)

Vers une politique rationnelle d’assurance-médicaments au Canada (Marc-André Gagnon, Ph. D. pour la FCSII, 2014)

Argumentaire économique pour un régime universel d’assurance-médicaments (Marc-André Gagnon, Ph. D. et Guillaume Hébert pour le CCPA et l’INRS, 2010)

Action, not excuses, on drug coverage (André Picard dans le Globe and Mail, 6 avril 2011) (en anglais seulement)

Life before Pharmacare (Coalition canadienne de la santé et CCPA, 2008) (en anglais seulement)

Interagissez:

Inscrivez-vous pour recevoir notre Bulletin et aider à préserver et améliorer les soins de santé publics pour tous

Nous joindre

Coalition canadienne de la santé